Aller au contenu

L'Artuzière

Localisation : La Chapelle-Basse-Mère, Divatte-sur-Loire (44)

Production : Maraîchage diversifié

Surface : 6 hectares

Le projet de l'Artuzière

Au cœur de la vallée maraîchère du Sud Nantais, une ferme traditionnellement conduite en monoculture a accueilli le projet agro-écologique de Vincent, qui y produit une diversité de légumes biologiques et commercialisés localement. Un défi réalisé grâce au partenariat de plusieurs structures locales de développement agricole !

L'organisation de la ferme

Après de longues recherches, Vincent s'est installé à l’Artuzière, pour produire en agriculture biologique des légumes et des aromates sur neuf hectares. Un tiers de la surface est consacré à la culture de plus quarante variétés de légumes, vendus au détail sur la ferme et en paniers AMAP (aux particuliers et aux entreprises). Un autre tiers de l’exploitation est dédié aux cultures de plein champs et vendu en demi-gros aux grandes surfaces et aux collectivités locales. Le dernier tiers est couvert par une prairie et des cultures céréalières pour permettre une période dite "de repos".

Des activités variées

La production de légumes se voit progressivement couplée à de petits élevages (moutons, chèvres, lapins, volailles) pour le ésherbage des parcelles et des allées ainsi que pour la fertilisation des sols. Les produits dérivés (œufs, viande) sont également vendus sur la ferme. À l’avenir, Vincent envisage de développer un accueil pédagogique sur le lieu (école, formation, expérimentation technique en agrobiologie).

Le témoignage de Vincent

"Fils d’agriculteurs en polyculture élevage, l’agriculture a toujours été une passion ! La combinaison d'expériences (l’élevage laitier, les cultures céréalières, le maraîchage), permet de mettre en place une structure économiquement viable en production légumière biologique. L’agriculture biologique est le modèle le plus durable car il permet de respecter l’environnement, la santé des cours d’eau, la vie du sol et celle des consommateurs. Être maraîcher, c’est aussi tisser des rapports directs avec les consommateurs."