Angreviers

Localisation : Gorges (44)

Production : Maraîchage, petits fruits, céréales, œufs

Surface : 4 hectares

La Ferme du Chemin Faisant

Léandre Langeard a nourri le projet de devenir paysan pendant de nombreuses années. Après vingt ans d’expérience dans l’animation, l’éducation mais aussi le salariat agricole, il a concrétisé en 2018 son objectif en s’installant sur 4 hectares de terres à Gorges (44), dans le vignoble nantais. Son installation a pu se faire grâce à la mobilisation citoyenne, qui a permis à Terre de Liens d’acheter les terres et de les préserver sur le long terme. Aujourd'hui, il y cultive en agriculture biologique des légumes, des petits fruits, des céréales et des fines herbes.

Angrevier 3

Le projet de Léandre

Comme beaucoup de porteurs de projets non issus du milieu agricole ou du territoire où ils se sont installés, Léandre a dû faire face à des difficultés multiples avant de trouver le lieu sur lequel il donne aujourd'hui corps à ses idées. Titulaire d’un BTS « Gestion et Protection de la Nature », Léandre est particulièrement sensible à la préservation de l’environnement et au « bien manger ». Il conduit toutes ses productions en agriculture biologique : maraichage diversifié, céréales, fines herbes et petits fruits en libre cueillette, mais aussi quelques œufs de poule.

Redynamiser le territoire locale

Ancré dans un secteur où la déprise agricole est particulièrement forte (abandon et enfrichement de nombreuses parcelles dans le vignoble nantais), le projet de Léandre participe à la redynamisation du territoire. Plusieurs habitants ont activement soutenu et accompagné Léandre dans sa démarche d’installation progressive. Soucieux de renforcer le lien consommateurs-paysans, il commercialise une grande partie de ses produits en vente directe sur la ferme, sur le marché de Clisson du mardi et par le biais d’AMAPs.

Angrevier 1
Angrevier 2

Le témoignage de Léandre

"La clé des champs devrait appartenir à tout le monde... mais c'est loin d'être le cas. Et si une installation agricole comme la mienne est aujourd'hui possible, c'est bien grâce aux mouvements citoyens de solidarité, comme les Cigales, les AMAPs ou Terre de liens (etc.). Ces associations ouvrent le champ des possibles et permettent l'arrivée dans le monde agricole de nouvelles populations dont je fais partie. Aux côtés de paysans militants de longue date, nous portons de nouvelles conceptions du travail de la terre qui contribuerons, je l'espère, au développement d’une agriculture plus paysanne, plus autonome, qui cherche avant tout à cultiver, plutôt qu'à exploiter."